dimanche 18 août 2019
La vaccination obligatoire réaffirmée par le Conseil constitutionnel
Balises Articles avec les étiquettes suivantes "santé publique"

Balise: santé publique

La vaccination obligatoire réaffirmée par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a confirmé que l’obligation de vaccination était conforme à la constitution, suite à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par un couple de l’Yonne qui refuse de faire vacciner ses enfants âgés de 18 mois et 3 ans contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Unicef : lancement de la campagne Objectif 100% d’enfant vaccinés

L’UNICEF France lance aujourd’hui sa campagne « Objectif 100 % d’enfants vaccinés ». Le but : collecter des fonds pour permettre la vaccination des 20% d’enfants dans le monde qui n’ont pas accès à cette protection.

Australie : Pas de piqûre, pas d’argent !

Pour inciter les parents à faire vacciner leurs enfants, le premier ministre conservateur australien a eu une idée plutôt radicale : les parents dont les enfants ne sont pas vaccinés seront privés de certaines allocations familiales.

La vaccination obligatoire réaffirmée par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a confirmé que l’obligation de vaccination était conforme à la constitution, suite à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par un couple de l’Yonne qui refuse de faire vacciner ses enfants âgés de 18 mois et 3 ans contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Pas de codéine avant 12 ans

L’agence européenne du médicament (EMA) interdit la codéine pour les enfants de moins de 12 ans, en raison d’un risque trop élevé de complications respiratoires.

17 mars : Journée Française de l’Allergie

Selon l’OMS, la moitié de la population mondiale sera affectée par une maladie allergique en 2050. C’est pourquoi, l’Association Asthme et Allergie organise le 17 mars 2015 la 9ème journée Française de l’Allergie afin d’initier le débat sur l’augmentation des allergènes dans le monde.

Vaccins homéopathiques, le Canada tire la sonnette d’alarme

Après la Belgique, le mouvement anti-vaccin prend de l’ampleur au Canada. En effet, les « vaccins homéopathiques » aggravent l’épidémie de rougeole qui touche actuellement le pays.

Le mouvement anti-vaccin mis en cause en Belgique

En 2014, la Wallonie a enregistré 7,5 fois plus de cas de coqueluche qu’en 2012. En hausse également, les cas d’hépatite A qui ont doublé sur la même période. En cause, les mouvements anti-vaccin qui font de plus en plus d’adeptes.

Enceinte : arrêter de fumer pour avoir une récompense

Une étude scientifique de l’université de Glasgow au Royaume-Uni a montré que les femmes enceintes et fumeuses arrêteraient deux fois plus facilement de fumer si on leur proposait une récompense en échange.

Cancer du col de l’utérus : une semaine pour sensibiliser

Cette nouvelle campagne d’information sur le dépistage du cancer a pour but de rappeler aux femmes l’importance de consulter régulièrement un gynécologue. Le Plan Cancer 2014 – 2019 prévoit de faire réaliser un frottis tous les 3 ans dès 25 ans et jusqu’à 65 ans. Pour prévenir le cancer du col de l’utérus il existe deux outils : le dépistage par frottis et la vaccination contre le papillomavirus. "La vaccination de toutes les jeunes filles, entre 11 et 14 ans (avant le début de leur vie sexuelle), permettrait d’éviter 70 % des infections persistantes, à l’origine des cancers", explique le Pr Roman Rouzier, directeur médical du pôle Sénologie et gynécologie de l’Institut Curie. Mais la diffusion de ce vaccin a été ralentie par les accusations de liens entre la vaccination et la déclaration de maladies auto-immune chez certaines jeunes filles. A l’heure actuelle, aucune étude ne montre de risque accru de maladie auto-immune (comme la sclérose en plaques) lié à cette vaccination. Le dépistage par frottis quant à lui concerne toutes les femmes, mêmes celles qui sont vaccinées. Le premier doit être réalisé à 25 ans, un second un an plus tard, puis un tous les trois ans jusqu’à 65 ans. Depuis que ce dépistage a été instauré au début des années 1980, le nombre de cancers du col a été divisé par trois. Mais 40 % des femmes ne font pas de frottis régulièrement. Selon les chiffres de l’Institut Curie, près de 3 200 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués chaque année, la plupart pourraient être évités grâce à une meilleure prévention et un frottis régulier.