Questions au Dr Richard Sartène, spécialiste du sommeil

PARTAGER SUR

Côté Mômes : Existe-t-il un âge précis où bébé doit faire ses nuits ?

Richard Sartène : Il n’y a pas véritablement d’âge préétabli en matière de sommeil. Ce qu’il faut savoir, c’est que le sommeil du nourrisson n’est pas mature, il n’est pas profond et pas encore régulé. Les deux phases que l’on retrouve à l’âge adulte – à savoir le sommeil lent et le sommeil paradoxal – n’existent pas encore chez le nourrisson. Le sommeil lent qualifie la phase de récupération physique avec un mouvement oculaire lent et une hypotomie musculaire profonde. Le sommeil paradoxal est la phase de remise en ordre des neurones. C’est là que le cerveau est très réactif et que l’on rêve. Ce n’est qu’à partir de 6 mois que l’on commence à déceler des phases de sommeil « paradoxal ». Ce qui signifie qu’avant ces 6 mois, les pleurs de bébé sont le fruit d’un véritable besoin, souvent dus à la faim.

CM : Faut-il laisser bébé pleurer, et à partir de quel âge ?

RS : Il n’y a pas véritablement de caprice chez les nourrissons, les pleurs ont forcément un sens. L’âge déterminera simplement s’il s’agit d’un besoin physiologique ou affectif. Il faut préciser que les risques de mort subite du nourrisson sont présents jusqu’à six mois. Avant cet âge, les pleurs correspondent soit à un sentiment de faim, soit à une douleur. Après cette période, lorsque le bébé régule ses phases de sommeil et qu’apparaît la phase pré « paradoxale », ses pleurs peuvent être le fruit d’une angoisse ou d’une peur. Ce qui se passe dans le sommeil est la conséquence de ce qui se passe par ailleurs, que ce soir organique ou affectif. Alors, il faut le calmer gentiment, apaiser ses craintes. Après il faut lui faire un apprentissage, il ne faut pas que ces moments de réconfort s’éternisent.

CM : Quelles sont les conditions favorables au sommeil ?

RS : On a récemment dit qu’il ne fallait pas coucher les bébés sur le ventre. Moi je pense qu’il n’y a pas véritablement de position obligatoire, côté gauche ou côté droit. C’est au bébé de voir comment il est le plus à son aise. Certains aiment ressentir les battements de leur cœur, alors ils favorisent le côté gauche, pour d’autres c’est l’inverse. Ce qui est véritablement important, c’est de ne pas transmettre à l’enfant l’angoisse que les parents peuvent ressentir. Plus ils seront stressés et angoissés, plus l’enfant le ressentira et aura des nuits perturbées. En revanche, il faut faire attention aux bébés qui ronflent, car normalement un bébé ne ronfle pas. Si c’est le cas, il vaut mieux consulter rapidement un ORL car il se peut qu’il s’agisse d’un problème physiologique.

CM : Faut-il instaurer un rituel du sommeil ?

RS : Il est très important d’installer un rituel du sommeil car il est prouvé que les gens qui font des insomnies à l’âge adulte sont ceux qui n’ont pas eu de rituel. Alors, quel qu’il soit, il est recommandé de mettre en place un rituel.