Nutrition : Le grand livre de l’alimentation, de l’étagère à l’assiette

PARTAGER SUR

L’alimentation tient une place importante dans la santé de toute la famille, mais il n’est pas toujours facile de connaitre tous les repères qui permettent d’adopter les bons réflexes. Pour aider les familles, Laurence Plumey, médecin nutritionniste et diététicienne, a décidé d’écrire un guide pour une alimentation saine.

Le grand livre de l’alimentation, est un recueil des besoins nutritionnels à tous les âges, du nouveau-né à la personne âgée. On y retrouve aussi les besoins spéciaux comme par exemple pendant la grossesse et l’allaitement, mais aussi en cas de maladie comme le diabète ou l’excès de cholestérol.

Dans un entretien, le docteur Laurence Plumey a accepté de nous parler de son livre et de nous livrer quelques astuces pour se faciliter la vie au moment de passer derrière les fourneaux.

Quelle a été votre motivation pour écrire ce livre ?

Il y a plusieurs raisons à l’écriture de ce livre. Cela fait 25 ans que pratique la nutrition puisque je suis médecin nutritionniste, et cela fait 25 ans que je l’enseigne auprès des futurs diététiciens et aux médecins. Il ne me restait plus qu’à l’enseigner aux consommateurs, et ils en ont bien besoin ! En regardant les réseaux sociaux, je me suis rendue compte que tout le monde s’approprie la nutrition en pensant que c’est une science facile. Beaucoup de gens pense qu’il suffit de s’intéresser à ce qu’on mange et d’avoir une sensibilité particulière de l’alimentation pour s’autoriser à émettre des avis qui peuvent parfois même servir de prescription ! Je suis étonnée de voir dans les forums et autres, les gens se conseiller entre eux court-circuitant les experts, c’est-à-dire les médecins. C’est surtout le cas dans le domaine de l’alimentation infantile où il m’est arrivé de voir des femmes qui conseillaient à d’autres femmes d’arrêter le lait infantile parce que leur bébé a des petites diarrhées ou des troubles digestifs, des coliques. C’est extrêmement dommageable, puisque cette situation, c’est le bébé qui trinque.

Donc c’est à la fois mon investissement extrêmement poussé en termes d’enseignement et ces observations m’ont poussé à entreprendre l’écriture de ce livre de référence sur l’alimentation. Il s’agit d’un livre que j’ai voulu le plus complet possible : contenant à la fois des informations sur les aliments, mais aussi sur les besoins à tous les âges de la vie du nourrisson à la personne âgée, mais aussi en fonction de toutes les pathologies qui ont un lien avec l’alimentation. De cette façon, les familles qui possèdent ce livre, peuvent s’y référer pour répondre à des questions de beaucoup de registres différents. Soit en partant d’un aliment, soit en fonction des âges ou d’une pathologie (cholestérol, diabète…). C’est un livre que j’ai écrit pour qu’il rende service au plus grand nombre de personnes possible, selon les questions que chacun peut être amené à se poser.

Les informations que je donne dans le livre sont des informations de nutrition et de diététique fiables et sérieuses. Il ne s’agit pas de mon ressenti personnel, mais des sources médicales et scientifiques.

En pratique, grâce au livre on découvre que chaque âge a ses besoins nutritionnels particuliers, pour autant en tant que chef de famille, peut-on se faciliter la tâche en faisant manger les mêmes repas à toute sa tribu ?

Cela dépend. Pour le nourrisson, c’est non, il ne faut pas le nourrir avec les mêmes aliments que les autres au-delà des questions de quantité. Chez le nourrisson, il y a aussi des questions de qualité, il ne peut pas absorber tous les mêmes aliments qu’un enfant ou un adolescent. Par exemple, un bébé n’a pas de besoins en sel trop important, donc on évite la charcuterie et les quantités trop importantes de viande. Certains légumes très riches en nitrates comme les carottes, les épinards etc. doivent être surveillés pour les nourrissons. On va préférer les produits issus de l’agriculture biologique ou les petits pots dont les teneurs en nitrates sont faibles.

En fait, aux deux extrêmes de la vie, les aliments sont assez spécifiques. Chez le tout-petit puisqu’il faut tenir compte de sa physiologie, un nourrisson arrive très vite à un surdosage. Et le sujet âgé, qui est exposé à la dénutrition, au vieillissement, va être nourri avec des aliments plus riches.

Pour tout le reste de la famille, le repas peut être le même, il suffit d’adapter les quantités. Dans un repas équilibré on va adapter les quantités de chaque famille d’aliments aux besoins nutritionnels de chacun en fonction de son âge. Donc pas de casse-tête pour les familles en dehors du nourrisson et du sujet âgé !

<!–nextpage–>

On voit de plus en plus d’enfants en surpoids, est-il judicieux de mettre un enfant dans cette situation au régime ?

On ne met jamais un enfant au régime, car il a des impératifs de croissance et qu’il est hors de question de risquer de le carencer en minéraux, en vitamine etc. ce qui serait inévitable s’il était sous régime hypocalorique. Chez un adulte au régime, les carences sont payées sous la forme de fatigue, mais cela ne l’empêchera pas de grandir puisque sa croissance est terminée. Chez un enfant cela serait dommageable puisque sa croissance doit être bien régulière.

Quand nous sommes confrontés à un enfant en surpoids, ou obèse, il faut écouter et comprendre comment sont les comportements alimentaires. Force est de constater que nous sommes toujours dans le même schéma, l’enfant trop sédentaire par rapport à son apport calorique trop important avec une alimentation trop grasse et trop sucrée.

Une fois que les excès sont identifiés, on ramène l’enfant à une alimentation plus raisonnable. Par exemple, je ne supprime pas le sucre, je l’autorise en petite quantité et je lui explique sous quelle forme le consommer.

Il ne faut surtout pas imposer un régime, mais écouter et conseiller un rééquilibrage pour arriver à une alimentation qui correspond à ses besoins sans jamais être dans la privation. Par ailleurs, il est très important d’inciter à l’augmentation de l’activité physique, car plus l’enfant brûle des calories et prend l’habitude de bouger, plus il va s’affiner.

En ce qui concerne la prévention, il y a des habitudes importantes à prendre : il faut avoir les bons repères pour une alimentation saine et équilibrée pour les enfants en fonction de l’âge, en termes de gras et de sucre.

Voici une astuce mnémotechnique, grosso modo à 4 ans, il ne faut pas dépasser 4 morceaux de sucre, à 5 ans, 5 morceaux etc. et cela jusqu’à 10 ans. Mais attention, il ne s’agit pas de les atteindre, c’est un maximum à ne pas dépasser. Et dans le livre, je donne la teneur en sucre des principaux produits que les parents sont amenés à donner aux enfants. Un yaourt aux fruits c’est deux morceaux de sucre, un petit biscuit c’est un morceau de sucre, un gros biscuit deux morceaux, ainsi de suite.

Dans tous les cas, il ne faut surtout pas restreindre l’enfant, pour ne pas tomber dans l’excès inverse, qu’on appelle l’orthorexie, et pour ne pas développer des troubles du comportement alimentaire.

La meilleure prévention pour un enfant en bonne santé, c’est encore de lui proposer de vrais bons repas : un bon petit déjeuner le matin, un bon déjeuner à midi, un bon dîner le soir, en respectant les repères d’une alimentation équilibrée. C’est-à-dire un plat principal avec des légumes et un féculent, de la viande ou du poisson, un laitage ou du fromage à midi et une salade verte et le soir au dîner manger léger.

Autre point important, c’est qu’il ne faut pas penser que les enfants vont s’affiner en grandissant. Certes, cela arrive, mais ce n’est pas la majorité et la puberté est souvent une période où le surpoids s’aggrave.

Dans ce livre, j’ai voulu être précise pour donner des repères, mais pas des injonctions, car la notion de plaisir est importante dans l’alimentation. En ayant ces repères en tête, on a le droit de ne pas avoir envie de manger 5 fruits et légumes par jour par exemple!

Il y a toujours un moyen d’adapter l’alimentation en fonction des goûts de l’enfant, mais en s’appuyant sur les conseils d’un expert. Et surtout, il faut réagir en allant voir un médecin dès que l’on voit des kilos s’accumuler.

Le Grand Livre de l’Alimentation, Dr Laurence Plumey. Edition Eyrolles, prix 23,90 €.