Les enfants subissent la crise économique

PARTAGER SUR

L’INSEE a publié mardi 28 juin, sa nouvelle édition de l’étude “Revenus et patrimoine”. Depuis 2008, la situation continue de se dégrader en France, surtout pour les familles avec enfants.

“Le taux de pauvreté a nettement augmenté entre 2008 et 2011, avant de reculer de 0.7 points entre 2011 et 2013, dans un contexte où le seuil de pauvreté a lui, baissé de 1.1% sur deux ans”. Voilà ce qu’a déclaré l’INSEE avec sa nouvelle étude sur les revenus en France.

Si, à première vue, les statistiques semblent “encourageantes” avec des écarts de niveaux de vie qui se sont réduits entre 2011 et 2013, les chiffres n’en restent pas moins préoccupants notamment lorsque l’on s’attarde sur le bas de l’échelle. En effet, en 2013, 8.6 millions de personnes vivaient encore sous le seuil de pauvreté. Certaines situations se sont aggravées et parmi les plus pauvres on constate la présence des foyers avec enfants, notamment les familles monoparentales et les familles nombreuses.

Pauvreté en France, les foyers avec enfants toujours touchés

En l’espace de cinq ans, les familles françaises ont vu leur situation financière se dégrader… Entre les famille monoparentales et familles nombreuses, personne n’est épargné. Selon l’INSEE, le taux de pauvreté chez les familles monoparentales s’est élevé en 2013 à 32.6% contre 31.3% en 2008.

Les foyers avec parents solos sont donc les plus touchés par la hausse de la pauvreté en France, suivi de près par les familles avec plus de trois enfants. En effet, le taux de pauvreté concernant cette catégorie a atteint les 22.6% en 2013 alors qu’il avoisinait en 2008 les 19.1%. L’INSEE a également constaté qu’en 2013, seulement un membre de ces familles nombreuses était considéré comme un membre actif. En face, les couples sans enfants ont quant à eux un taux de pauvreté qui a atteint les 6.2%.

Afin d’expliquer ces chiffres déplorables, l’INSEE met en avant l’importance de la hausse du chômage chez les ouvriers, la baisse des revenus des indépendants mais également les contrats en “temps partiel”. Du côté des enfants, l’INSEE a constaté malheureusement qu’un enfant sur cinq vivait sous le seuil de pauvreté en 2013.