La bourse au mérite divisée par deux

PARTAGER SUR

Nouvelle polémique au sujet de la bourse au mérite. Après deux tentatives de suppression en 2013 et 2014, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem choisit de diviser par deux la bourse au mérite, la faisant passer de 1800€ à 900€ par mois.

Dans un nouveau décret approuvé début juin, la ministre de l’Education nationale prévoit de diviser par deux la bourse au mérite. Cette aide de l’Etat, créée sous le gouvernement Jospin (1997-2002) qui profite à près de 8000 étudiants tous les ans, se fixe sur des critères sociaux et les résultats du bac afin d’aider les jeunes en difficulté à se lancer dans des études supérieures. A partir de septembre 2015 les bacheliers qui auront obtenu la mention « Très bien » au baccalauréat (minimum 16 de moyenne) n’auront donc plus droit à 1800€ mais à 900€ par mois.

Avec sa réforme de l’enseignement, la ministre de l’Education nationale Najat-Vallaud-Belkacem souhaite privilégier l’égalitarisme en supprimant « l’élitisme républicain ».
Ce coup porté à la méritocratie fait du bruit, que ce soit dans l’opposition ou chez les étudiants qui avouent être déçus et en colère.
Antoine Vermorel, étudiant à Sciences Po Paris et président de l’association Touche pas à ma bourse, je la mérite, avoue être surpris et inquiet.
« Personne ne comprend pourquoi on s’acharne autant sur la bourse au mérite, surtout quand on sait que c’est un gouvernement de gauche (celui de Lionel Jospin) qui s’est battu pour l’instaurer. »

Une décision économique

Le gouvernement justifie actuellement cette décision par une nécessité de faire des économies. Les étudiants eux, ne sont pas séduits par le projet. « Honnêtement aujourd’hui nous ne comprenons pas le débat. Cette décision n’est pas logique. Le gouvernement veut diviser par deux la bourse au mérite afin de faire des économies de 6 000 000 € alors que 6 000 000 € cela équivaut à 6 carrefours giratoires. Actuellement on se pose donc des questions quant aux promesses de François Hollande qui disait vouloir œuvrer pour la justice et la jeunesse».

Cette bataille contre l’excellence, engagée par le gouvernement ne convainc pas Antoine Vermorel. «  Avec ce nouveau décret on ne favorise pas du tout l’égalitarisme ! Le gouvernement n’est pas assez habile et du coup tout le monde est perdant … »

L’association Touche pas à ma bourse, je la mérite

En Juillet 2014 suite à la suppression de la bourse au mérite, l’association Touche pas à ma bourse, je la mérite avait déjà fait parler d’elle. Engagés, ses membres avaient lancé une pétition avant de demander un référé devant le Conseil d’Etat. Cet acharnement de parents d’élèves, étudiants boursiers et non boursiers avait payé puisqu’en Février 2015 la bourse au mérite était rétablie.
Aujourd’hui, l’association se trouve une nouvelle fois confrontée au gouvernement. « Nous allons nous battre contre cette décision. En 2014 nous avions réussi à mobiliser l’opinion publique grâce à la presse mais également grâce aux 200 parlementaires de droite et de gauche qui nous soutiennent. Aujourd’hui, nous comptons encore une fois mobiliser l’opinion publique. Nous avons donc relancé une nouvelle pétition que vous pouvez trouver sur notre site internet et sur les réseaux sociaux et nous nous rapprochons déjà des 2000 signatures. »
Touche pas à ma bourse, je la mérite
http://touchepasamabourse.e-monsite.com/