L’EPO au secours du cerveau des prématurés

PARTAGER SUR

Connue pour ses effets dopants, l’érythropoïétine ou EPO, hormone responsable de la multiplication des cellules sanguines pourrait avoir un effet protecteur sur le cerveau des bébés prématurés.

Déjà utilisée pour traiter certaines anémies, l’EPO est une hormone naturelle responsable de la synthèse des globules rouges qui transportent l’oxygène dans le sang. Selon les résultats d’une étude menée par des chercheurs Suisse, l’injection de cette hormone dès la naissance aux bébés prématurés, c’est-à-dire nés avant 32 semaines, pourrait avoir un effet protecteur pour leur cerveau en diminuant le risque de lésions cérébrales.

Les scientifiques se sont intéressés à 495 bébés prématurés nés entre 2005 et 2012. Ils les ont séparés en deux groupes : un groupe a reçu trois doses d’EPO dans les deux jours suivants leur naissance et l’autre groupe a reçu un placébo.

A la date prévue du terme, ils ont observé le cerveau de 77 « bébés EPO » et 88 « bébés placébo » grâce à des images IRM. Les scientifiques ont observé que les nouveau-nés traités à l’EPO présentaient moins de lésions cérébrales que les autres. Parmi eux seuls 22% ont montrés des lésions de la matière blanche, contre 36% parmi les enfants du groupe placébo et 7% ont montrés des lésions de la matière grise, contre 19% parmi les enfants du groupe placébo.

Pour confirmer leurs premières observations, les chercheurs vont suivre les enfants en leur faisant passer des tests cognitifs à 2 et 5 ans.