Jeux d’enfants : qu’apprennent-ils en jouant?

PARTAGER SUR

Les instants passés à jouer sont des moments de détente, de plaisir, mais aussi des étapes  indispensables pour la construction de l’enfant, d’un point de vue moteur et psychique.

Jeu d’enfants : pas si simple!

Jeter un ballon, pousser une petite voiture, se déguiser en princesse, cowboy, martien, dire que c’est toi le policier et moi la marchande, escalader les Himalayas du salon ou remporter un inestimable triomphe au 1000 bornes. Autant de jeux quotidiens pour les plus petits qui semblent ne mener à rien, si ce n’est à passer la journée en attendant de passer à table. En réalité, ces jeux sont indispensables pour l’enfant.

La pratique du jeu est une clé dans l’apprentissage des gestes chez l’enfant. En répétant longuement les mêmes mouvements (courir, sauter, ramper…), l’enfant acquière sans s’en rendre compte des réflexes, des habitudes. Les jeux nécessitant des accessoires (ballon, épée…) sont autant d’exercices pratiques et ludiques qui lui apprennent à comprendre et à apprivoiser son environnement. Si réaliste soit-elles, les simulations de course de la Playstation 3 ne remplaceront jamais un petit camion de pompier à pousser dans le jardin.

Seul ou à plusieurs, le jeu est également le terrain de l’apprentissage psychique, d’une prise de conscience de lui même : c’est en jouant que bébé apprend à se connaître. Les situations qu’ils rencontrent lui permettent de passer par une large gamme d’émotions, et à force de répétition, à les maitriser.

Jouer est pour un enfant signe de sa bonne santé. De zéro à 8 ans, de nombreuses nouvelles activités marquent ses progrès : le jeu de cache-cache est impensable pour un enfant de moins de trois ans, alors qu’il en raffolera par la suite. Entre temps, il aura acquis, en partie à travers les jeux, une nouvelle confiance en soi. Comme dans bien des domaines, l’enfant grandit à son rythme, différent selon chacun.

 <!–nextpage–>

Jouer c’est découvrir le monde

Pas encore capable de se déplacer ou de saisir des objets, le bébé s’amuse avec son seul organe un minimum développé : la bouche. Bébé mâchouille, tète, mord tout ce qui passe. Il est capable de varier le rythme de la tété, de jouer sur le plaisir qu’il ressent en absorbant de la nourriture. Il prend conscience de ses capacités. Devenu une source d’expérimentation, la bouche de bébé lui permet de découvrir sans crainte les nouveautés qu’on lui présente : une peluche, un doudou, sera systématiquement « goûté » avant d’être adopté ! Plus tard, revenir à ce geste primitif, lui donnera un sentiment de sécurité.

 

Viennent ensuite les jeux dits d’éveil, fondamentaux : ils forment un dictionnaire du monde pour l’enfant et une façon de s’y confronter.  Ils apportent à un bébé, qui ne connaissait jusque là que ses parents, de nouvelles odeurs, de nouvelles sensations. Il est essentiel que ses parents restent proches de lui pour l’accompagner dans ce nouveau monde. Avant de saisir un nouveau jouet, l’enfant regarde souvent sa mère et son père, comme pour chercher leur accord. Les sensations rassurantes qu’il connaît déjà avec eux se mêlent aux nouvelles, pour le coup moins effrayantes.

Passé la phase où sa bouche est son seul organe de recherche, bébé est prêt pour découvrir avec les oreilles, le nez, les yeux… Sans ordre précis ! Bébé peut sentir un objet avant de le regarder. Les jeux dits d’éveil sont également des jeux sensoriels : il peut aussi bien s’agir de peluches que de livres proposant différentes textures. Double utilité : d’une part, apprendre le monde (à six mois, on ne sait pas forcément ce qu’est une girafe ou un train) et découvrir ses propres capacités à ressentir : le doux, le rugueux…

Jeux d’enfant: pour maîtriser ses angoisses

En se rendant compte de l’immensité du monde, bébé se rend également compte de la possibilité de  perdre ses parents. C’est à travers des jeux qui paraissent sans conséquences qu’il va tenter d’apprivoiser cette peur.

Bébé saisit un objet et le jette, il faut le ramasser. C’est pénible mais pour bébé, c’est réconfortant. En jetant un jouet, il ne cherche pas à le casser, mais à l’éloigner : il s’en sépare. Un processus difficile pour lui. En lui ramenant, vous lui amenez la preuve que l’on peut retrouver un objet que l’on ne voyait plus. Bébé réitère l’expérience, en jetant l’objet de plus en plus loin : il apprend qu’on peut exister en dehors de son champ de vision, une leçon indispensable pour ne pas tomber dans la panique lorsqu’il ne vous voit plus.

Avant d’en être persuadé, bébé continue ses expériences. Parmi elle, le célèbre jeu du caché coucou : le parent se cache derrière un meuble, un jouet, ses mains, pour réapparaître quelques secondes plus tard. Quelques secondes durant lesquelles bébé passe par une importante gamme d’émotions : angoisse de vous perdre quand il ne vous voit plus, joie de vous retrouvez dès que vous réapparaissez. Cette étape est difficile pour certains enfants, incapables de gérer le court moment d’angoisse, mais est une des clés de leur future autonomie.

C’est en multipliant ces expériences que bébé accepte petit à petit l’idée de disparition et arrive à imaginer une chose sans la voir. Pour l’aider dans ce processus, de nombreux jeux existent, comme les tapis d’éveil, pleins de poches et de fenêtre où se dévoilent des animaux ou des personnages.

<!–nextpage–>

Jouer c’est aussi se confronter à l’échec

Le jeu est également l’occasion pour le jeune enfant de se tester : jusque là, il se contentait du bien être que lui provoquait la nourriture, sans comprendre pourquoi. En jouant avec ses parents, il se rend compte qu’il peut être acteur de la situation. En réussissant tel ou tel exercice, il procure de la joie à ses parents et en tire une grande fierté. D’un autre côté, il peut aussi échouer : dans le cadre d’un jeu, vite remplacé par un autre, il apprend à relativiser cet échec.

Les parents se doivent toujours d’être là sans pour autant être omniprésents : les jeux dits de « réflexion » (la pièce carrée va dans le trou carré…) sont les premiers défis intellectuels que va relever bébé. En essayant seul, il va évidemment rater. Puis réussir. Il apprend la réflexion, la logique. Échecs et réussites sont indispensables.

La frontière entre le jeu et l’apprentissage est fragile, attention à ne pas définitivement la rompre. Dans le cas d’un enfant en difficulté scolaire, le jeu peut être bénéfique, à condition qu’il ne se transforme pas en nouvel exercice. Tenter de réussir à la maison ce que l’on rate à l’école ne sert à rien et risque de bloquer l’enfant plus que de l’aider. Le jeu doit servir de médiation : si l’enfant n’arrive pas à bien tracer ses lettres, un jeu où il doit simplement tracer des lignes, suivre des contours, l’aidera de manière détournée et bien plus ludique. Les temps consacrés au devoir et les temps, plus libres, consacrés au jeu ont chacun leur importance et ne doivent pas être mélangés.

 

L’école des sentiments

Si l’enfant grandit tellement en jouant, c’est parce qu’il y met tout son cœur ! Le jeu sert d’exutoire pour un enfant touché par de nouveaux sentiments : passée la période où tout lui est pardonné, l’enfant se fait gronder pour ses bêtises ou déçoit, lorsque ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur. Frustré, il s’énerve et a envie de tout casser : le jeu est le défouloir idéal ! L’enfant peut taper dans les peluches, leur hurler dessus sans que cela ne prête à conséquence.

Le jeu est aussi un moyen, sans risque, de tester ses limites. Les jeux de société faisant appel à des règles lui apprennent à respecter des codes. Il peut tenter de les enfreindre en trichant. Il sait qu’il est en tort, mais il ne sait pas ce qu’il risque et provoque ses parents pour le savoir. Ces jeux de règles doivent parfois faire place à des activités célébrant la toute puissance de l’enfant. Les activités où c’est lui qui décide lui font goûter aux joies du pouvoir : l’enfant s’entraine à fixer des règles et entend à ce qu’elles soient respectées par les autres joueurs (souvent ses parents). Il grandit et comprend, même en les parodiant, l’importance de définir des limites. Et puis, tout ça reste un jeu : même privé de dessert, papa retrouvera certainement sa place à table dès ce soir (s’il est bien sage).