Enfants et adolescents, les victimes du SIDA

PARTAGER SUR

En marge de la 21ème Conférence Internationale de lutte contre le sida qui se tient en Afrique du Sud, l’UNICEF a une nouvelle fois rappelé que trop d’enfants et adolescents souffrent encore du sida.  

Si les progrès sont importants, les chiffres restent malgré tout alarmants, c’est en tout cas ce que déclare le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, engagé depuis plusieurs années dans la lutte contre la pandémie du vih.

Alors que depuis les années 2000 le taux de transmission de la mère à l’enfant a diminué de 70% dans le monde, l’UNICEF rappelle qu’il ne faut pas trop se réjouir pour l’instant et qu’il est plus que nécessaire de multiplier les efforts pour continuer de protéger petits et grands de cette maladie.

“Après toutes les vies sauvées grâce à la prévention, aux traitements et aux soins; après toutes les batailles gagnées contre les préjugés et l’ignorance à propos de la maladie; après toutes les grandes étapes atteintes, le sida est toujours la seconde cause de décès des 10-19 ans dans le monde – et la première en Afrique”, déclare le directeur général de l’UNICEF.

Sida : un taux de décès préoccupant

Le combat engagé contre la propagation du sida est encourageant. En effet, en quinze ans, l’UNICEF remarque que les programmes dits PTME (prévention de la transmission mère-enfant) ont notamment permis d’éviter 1.6 millions de nouvelles contaminations chez les enfants. Se féliciter est un grand mot, mais les résultats sont encourageants surtout au niveau des pays d’Afrique Sub-saharienne, région très touchée par cette pandémie.

Malgré tout, le combat est loin d’être terminé. En effet, le nombre de décès chez les adolescents, âgés de 15 à 19 ans, a plus que doublé depuis les années 2000. Si le taux d’infection semble se stabiliser, il faut malgré tout garder à l’esprit qu’en 2015 on comptait 29 nouvelles infections toutes les heures chez les 15-19 ans, et parmi ces adolescents 3 sur 4 étaient des filles, globalement plus vulnérables.