Devoirs : le rôle des parents

PARTAGER SUR

Psychologue et psychanaliste, spécialiste des problèmes de précocité et d’acquisition des connaissances, Monique de Kermadec consulte dans le monde entier.Côté Mômes. Comment les parents sont-ils supposés gérer les devoirs à la maison ?
Monique de Kermadec
. Les devoirs bien faits sont des outils précieux d’apprentissage. Ils permettent de faire la distinction entre l’apprentissage scolaire et l’apprentissage personnel. L’adulte détient lors de leur réalisation un rôle essentiel. Au moment de l’entrée de l’enfant en primaire, il conviendra donc d’adopter une stratégie qui pourra être révisée en fonction de l’âge de l’élève, de la situation familiale et de la disponibilité des parents. 

CM. Quelle est notre place ? Quel est notre rôle exact ?
MdK. Il conviendra, en premier lieu, de déterminer quelle est la disponibilité réelle de l’adulte : rentrer tard, se presser, évacuer une corvée nuit au climat chaleureux d’échange dont l’enfant a besoin à ce moment-là. Il conviendra aussi d’évaluer les compétences du parent disponible. Accompagner des devoirs de CP ne nécessite pas les mêmes connaissances que d’accompagner un devoir de collège. Mieux vaut déléguer cette responsabilité à une personne compétente et préserver une relation positive avec son enfant ou son adolescent.

 CM. Devons-nous faire preuve de soutien, d’aide au quotidien ou devons-nous juste apporter un regard bienveillant ?
MdK
. Le parent est un éducateur, un conseiller, un soutien selon les circonstances, il n’est pas tenu à être, de plus, un pédagogue talentueux. Par un intérêt réel, manifesté régulièrement, pour les sujets abordés, les contrôles à venir et les révisions à effectuer, le parent peut déjà être un allié précieux. Un simple regard distrait en fin de journée risque par contre de communiquer indirectement à l’enfant le mauvais message : le devoir est une corvée sans intérêt dont les deux parties souhaitent se débarrasser le plus vite possible. Or, le devoir a un sens et seul l’adulte peut le transmettre progressivement à l’enfant.

CM. Quel est votre avis sur les devoirs ? Les devoirs ne seraient-ils pas la preuve d’un programme scolaire trop chargé ?
MdK
. Les devoirs sont l’occasion de s’approprier un savoir nouveau. Ils sont un temps de réflexion et d’application de nouveaux concepts. L’enfant n’a que trop tendance à confondre comprendre et savoir. De bonne foi, il peut penser que ce qu’il a vite compris en classe est retenu. Or, toute nouvelle notion a besoin de temps pour être intégrée, retenue et utilisable dans de nouveaux contextes. Les devoirs ne sauraient se substituer à un enseignement. Ils en sont l’application et l’extension. 

CM. Le système éducatif français devrait-il être revu ?
MdK
. Le système éducatif français n’est certainement pas parfait mais il propose, quand ses programmes sont bien appliqués, un enseignement structuré et progressif. Il insiste sur l’importance d’une culture générale et d’un programme commun.

CM. Quelles conséquences les devoirs ont-ils sur nos enfants ? Sont-ils sources de névroses ?
MdK. Les devoirs deviennent sources de stress quand ils ne sont pas faits dans de bonnes conditions, quand l’accompagnateur est lui-même stressé. Bien travailler, c’est travailler concentré et en temps limité. L’attitude des parents face aux résultats serait en fait beaucoup plus source de stress que le travail personnel pour la plupart des enfants. La peur de l’échec, le perfectionnisme peut ainsi inciter certains élèves à en faire trop.