Des parents impliqués dans le financement des études

PARTAGER SUR

Une étude vient de révéler qu’en France, les parents sont très attachés à l’idée de devoir financer les études de leurs progénitures. Plus qu’ailleurs, ils sont prêts à faire des efforts pour offrir un avenir rêvé à leurs enfants.

La troisième étude Value of Education, réalisée par l’Institut de sondage Ipsos-Mori pour la banque HSBC, a été publiée cette semaine. Réalisée auprès d’environ 6000 parents dans près de 15 pays, celle-ci analyse le comportement de ces derniers lorsqu’il s’agit de financer les études de leurs enfants.

Loin devant, les parents français semblent accorder énormément d’importance à l’éducation des jeunes. En effet, près de 91% d’entre eux acceptent d’engager des frais pour l’enseignement supérieur et 70% estiment même qu’il est plus important de financer l’avenir de ses enfants que de préparer sa propre retraite.

Financer des études supérieures : des réactions différentes selon les pays

Aujourd’hui, alors que les études supérieures sont de plus en plus coûteuses, 86% des parents dans le monde, aident leurs enfants à payer leurs formations et frais annexes comme la nourriture, les manuels scolaires, les transports et le logement. Selon cette récente étude, 32% des parents interrogés se disent même incapables de sacrifier les dépenses liées à l’éducation. Mais, si l’éducation fait partie des priorités question budget, dans chaque pays les réactions sont différentes.

La France fait par exemple partie des pays qui épargnent le moins. En effet, seulement 43% des français anticipent cette situation, contre 63% des parents en moyenne dans le monde entier. Ces chiffres sont paradoxaux puisqu’en France les parents sont très investis dans le financement des études, mais, plusieurs raisons comme les revenus, le prix des formations et le rapport à l’endettement, peuvent justifier ces différences de comportement. 

Le prix des formations est sans aucun doute la principale raison qui distingue l’attitude des parents français de celle des parents américains par exemple. En effet, si le coût des études avoisine en moyenne les 14 678 $ par an aux USA, en France il ne s’élève qu’à 5 465 $ (soit 4924€). Cela reste encore élevé, mais cela permet malgré tout aux parents d’investir une part de leurs revenus sans avoir à s’endetter sur plusieurs années. Justement, l’idée de devoir s’endetter ne fait pas partie des habitudes françaises puisque seulement 46% des parents choisissent cette option, contre trois parents sur cinq dans le monde.