Activités enfants: Les sports d’armes

PARTAGER SUR

Les sports d’arme : des bienfaits méconnus

Eux aussi peuvent faire peur ! Il faut dire que la seule évocation d’une arme mise entre les mains d’un enfant peut rapidement affoler les parents. Encore une fois, mieux vaut se renseigner au préalable pour être sûr de ne pas stigmatiser une discipline !

Car les sports d’arme sont une catégorie bien distincte des activités sportives dites « classiques ». Souvent rangés dans la même case que les sports de combats, ils font pourtant appel à des qualités et des efforts bien différents. Déjà, tous ne soumettent pas l’enfant à un adversaire.

En tir à l’arc ou en tir sportif, l’enfant est seul face à une cible et est donc seul maître à bord. De plus, la plupart des sports d’arme tendent à mettre en avant une capacité particulière de l’enfant. Ainsi, la seule force musculaire n’est plus garante d’un bon résultat et l’enfant apprend à développer son habileté grâce à une arme, un instrument étranger à son corps.

Pour cette raison, ce type d’activités est préconisée pour les enfants impulsifs, maladroits, inattentifs ou violents, qui apprendraient à se contrôler en visant une cible représentant symboliquement un objectif à atteindre.

Et puisque l’enfant utilise une arme potentiellement dangereuse (même si les équipements et l’encadrements préviennent généralement tout accident), ils apprennent également à se responsabiliser. Et côté physique, les sports d’arme font travailler le haut du corps : abdominaux, dos et épaules

Les sports d’arme : des pratiques avancées

Il est vrai que cette catégorie sportive requiert une grande précision. C’est pourquoi des initiations sont accessibles à partir de 8 ans, en général.

En revanche, pour pratiquer ces activités dans les règles de l’art, votre enfant devra attendre ses 9 ans pour le tir à l’arc par exemple, et même ses 15 ans pour l’escrime ! En ce qui concerne les éventuelles blessures auxquelles s’exposerait votre enfant, elles sont relativement rares.

Seules quelques foulures du poignet ou quelques douleurs aux épaules sont recensées. Étant donné l’absence de contact entre les deux adversaires (lors de sports comme l’escrime), les enfants ne risquent pas grand chose !